jeudi 18 mai 2017

Nouveautés...

-Croire au merveilleux de Christophe Ono-dit-Biot - roman - Gallimard 240p. 20€ - les dieux de l'Olympe se métamorphosent et rentrent dans la vie d'un jeune couple d'aujourd'hui. A découvrir.
-Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson - roman- Julliard 198p. 18€ - un jeune adolescent découvre, cache à sa mère, et vit sa différence sexuelle. Véracité et crudité. Peut-être une absence d'âme, de profondeur des sentiments. Tout à la surface, en séquences nues, crues.
-La fabuleuse découverte des ruines de Troie - récit historique de Heinrich Schliemann - Tallandier -9€ - l'auteur raconte sa passion de la Grèce et sa découverte en 1871 des ruines de la célèbre Troie, où Patrocle fut tué, Achille le vengea en tuant Hector etc. (Homère L'Iliade)
A lire absolument.

samedi 13 mai 2017

Le couronnement du Prince....


Emmanuel Macron : traduit du grec : Le grand sauveur
Tous les politiques n’ont rien pu faire pour rivaliser avec lui, car ils affrontaient un jeune prodige ! Un jeune homme « hors-norme »

Protéiforme et polymorphe. Il peut prendre toutes les attitudes, tous les vents, toutes les croyances, toutes les solutions, mais il a une perception très nette du but à atteindre et tous les moyens lui sont bons. « La fin justifie les moyens », car il y va d’une impérieuse nécessité, d’une foi nette qu’il sait ce qu’il faut faire, quand il faut le faire etc. Une sorte de prodige  à la Bonaparte , qui pourrait dire  comme Jules César Veni-Vidi-Vici  ! Il a mis les pieds dans les Affaires, dans l'Administration, dans la Politique et a immédiatement compris comment il fallait agir pour contourner toutes les oppositions, tous les clivages, pour obtenir ce qu'il voulait...

H.Z.

dimanche 30 avril 2017

La trajectoire d'un prince...

M. Macron, candidat du 2° tour, est super heureux, il vient d'être interviewé par M. Delahousse, il lui a dit qu'il s'était fait tout seul, qu'il n'était l'héritier de personne. Parti de rien, dit-il, il a gravi l'ascenseur social passant des études secondaires l'ENA. probablement avec une bourse d'études ?, sauf peut-être qu'il avait un père et une mère qui se sont occupés de lui, (père Professeur de neurologie à Amiens, mère médecin de la  Sécurité Sociale) une grand-mère qui a pris soin de lui( Professeure des écoles), qu'il a rencontré une prof avec une maison au Touquet; devenue sa femme qui l'a peut-être un peu aidé etc. enfin qu'il n'est pas sorti de la cuisse de Jupiter comme ça... Mais a-t-il dit tout lui réussit, ses examens, même l'entrée à l'Elysée par relations, même ministre... Maintenant il veut l'Elysée. C'est son joujou du moment. Hollande a dit qu'il avait réussi sa vie en devenant président, M. Macron, lui,semble vouloir devenir président parce que c'est normal avec son génie hors-norme, il serait anormal qu'il ne soit pas le président de tous ces Français moyens. Comme tous ceux qui veulent être président, il est le meilleur, le plus intelligent, le plus tout, tout. comme Sakozy, comme Juppé, comme Fillon etc. D'ailleurs tous le lui disent en lui faisant des courbettes. Alors le programme ? C'est le programme que vous voulez. D'ailleurs un président est un président, il préside à l'Elysée, un point c'est tout. M. Macron attend avec impatience la dernière formalité pour rentrer chez lui, au 52 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris VIII° D'Amiens à l'Elysée la trajectoire d'un prince.
H.Z.

Nouveautés...

-L'Ordre du jour de Eric Vuillard - roman historique - Actes-Sud 160p.  16€  Dans les coulisses du III° Reich. l'ordre industriel nazi.
-Ma mère, cette inconnue de Philippe Labro - Récit - Gallimard - 192p. 17€  Tendre récit, hommage à sa maman d'un écrivain délicat. Philippe Labro écrirait sans une posture d'écrivain connu, mais dans sa profondeur réelle de son "moi" atteindrait la vérité de son art.
-Tout un été sans Facebook de Romain Puértolas - roman humoristique - Le Dilettante - 380p. Un joyeux roman policier dans un New-York Colorado, par l'auteur à succès du Fakir-Ikea.
-Fitzgerald inédit de Je me tuerais pour vous... - 18 Nouvelles retrouvées - Grasset/Fayard - 477p. 23€ - Plaisir de retrouver par hasard un auteur des années folles américaines.

samedi 29 avril 2017

A propos de l'Election présidentielle en France...

Le monde assiste stupéfait à une mise à mort subtile de la démocratie en France. Cette démocratie qui a coûté tant de révolutions, de larmes et de sang, semblait pérenne, croyait-on, en France, d'où elle s'était répandue dans toute l'Europe et le monde tout au long des XIX° et XX° siècle après les conflits sanglants qui ont fait des dizaines de millions de morts, cette démocratie est en train d'être atteinte dans son âme même. Cette élection présidentielle en France est peut-être celle où l'on verra sombrer cette passion de la liberté qui animait les Français. On ne se rend pas compte que la violence des vagues de haine qui se sont levées, qui enflamment toute une partie de la population contre l'autre est inouïe. La raison ne préside plus au débat, mais le goût du lynchage, la volonté d'imposer par la force des mots, des passions, une loi. Toute une classe politique s'est dressée soulève la tempête de la colère dans toute une partie de l'opinion publique, celle qui est la plus riche, la plus forte, celle qui tient tout, qui irrigue de sa puissance, de son renom, tout, contre une autre en la noyant sous l'injure, l'ostrascisme, la relégation, en fait un bouc émissaire pour la neutraliser, la pulvériser. Il semblerait que tous les moyens seraient bons car on s'estime du bon côté, du côté "sain" , du côté "propre", et ainsi "on a le droit", pour maintenir par tous les moyens sa domination. On est dans le sens de l'Histoire, du progrès, le chemin tracé, de force s'il le faut, vers ce que l'on veut imposer aux autres. Il n'y a plus de dialogue, mais un diktat terrifiant car il pourrait s'attaquer aux urnes mêmes, symboles ultimes de la démocratie, de la liberté. On assiste à ce vent mauvais qui ramène du passé des mots, des slogans infâmants pour brûler l'adversaire. Mais l'adversaire est l'autre partie du peuple, celui qui est le plus faible. Alors on s'unit, on chasse en meute. Des lettres, des discours, des appels, les médias mobilisés, l'espace moral, mental noyé, asphyxié. Un président de la République sortant, qui devrait être l'arbitre de la Nation, demandant, exhortant les électeurs à ne prendre qu'un bulletin de vote, celui de son protégé, stade ultime de la dégradation de sa fonction. L'Europe, même celle de Bruxelles, se tait, retient sa respiration, regarde médusée la mise à mort de la grande idée des hommes de la Révolution Française, puisée à la source de l'idée de démocratie à Athènes, aussi imparfaite était elle alors. J'écris cela avec une grande tristesse car ce n'était pas l'idéal européen des hommes comme Victor Hugo ou Stéfan Zweig, ou jean Monnet que de détruire ou même de porter la moindre atteinte à la démocratie pour imposer ses vues. .
H.Z.

mardi 25 avril 2017

A propos de Romain Gary...

Romain Gary aimait passionnément la France au point d'avoir été profondément triste toute sa vie de n'être pas né français, lui qui était un si grand écrivain, qui vivait la langue française et a eu deux fois le prix Goncourt. Il y a parfois au fond des êtres des déchirures si douloureuses qu'elles étonnent les insensibles. Il a fait la guerre dans l'armée de la France Libre, a été Consul-général de France à Los-Angeles, a épousé Jean Seberg... Il avait tout, mais il ressentait au fond de lui ce manque qui l'a fait souffrir toute sa vie. Quand on pense à ceux qui ont, aujourd'hui, honte de la Culture , de l'Art français, de la langue française, qui veulent tout détruire, tout engloutir dans le magma de l'univers... Pauvres "les "Romain Gary"
H.Z.

samedi 22 avril 2017

Je me tuerais pour vous de F. Scott Fitzgerald, traduction de Marc Amfreville - Grasset/Fayard Edit. 480p. 23€

On croyait que tout avait été traduit de F. Scott Fitzgerald, et voici, Ô surprise, la traduction des nouvelles que l'auteur de Gatsby le magnifique et de Tendre est la nuit, avait écrite pour les revues américaine pour des raisons alimentaires, ses romans se vendant mal, et ses scénarios pour Hollywood, n'étaient pas toujours acceptés. Voici donc un lot de nouvelles superbement intéressante car écrites par un grand écrivain ayant le sens de la formule, des tournures de phrase, d'une psychologie fine, et de mots qui font mouche.
Alors allons-y ! Lisons ce bouquin et relisons.
18/20
H.Z.